Être papa c’est aussi… se questionner encore et encore

Être papa c’est aussi… se questionner encore et encore

Follow me.../Suivez-moi...Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagramflickr

Être papa c’est aussi de se questionner sans arrêt. En tout cas, pour moi…

On se questionne sur les choix qu’on fait. On se questionne sur ce qu’on fait ou ne fait pas. On se questionne à savoir si on leur transmet les bonnes valeurs, si on en fera de bonnes personnes. Et maintenant je me demande si la séparation leur fera du tord. Je me demande si les personnes que j’introduis dans leur vie auront un effet positif sur eux. Ça n’arrête jamais. Même si on est convaincu de nos choix, il y a toujours une petite part de doute qui subsiste.

Et quand j’écoute de la musique, ça ne s’améliore pas. On dirait qu’il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’une chanson qui me fasse réfléchir en tant que papa ne vienne à mes oreilles. Parfois la chanson me donne un beau sentiment. Et parfois elle me fait douter. Mais chaque fois, ça fini par me faire réfléchir, par me créer du souci.

Ces temps-ci, ce sont ces 4 chansons qui m’animent :

Mistral gagnant (Renaud)

Quelle magnifique chanson qui parle de la belle relation entre un père et son enfant. J’ai toujours aimé cette pièce. Mais maintenant que je suis papa de deux garçons, elle prend une toute autre signification. Et chaque fois que je l’écoute, une vive émotion monte en moi. Il y a beaucoup de chansons qui parlent d’une relation mère/fille. Mais il y en a si peu qui traite explicitement d’une relation père/fils ou père/fille.

Le texte est tellement simple. Mais en même temps, même si la réalité de Renaud et la mienne ne sont pas les mêmes, je peux y référer et avoir presque l’impression que ça pourrait être de moi qu’il est question.

À m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu’il en a
Te parler du bon temps qu’est mort ou qui reviendra
En serrant dans ma main tes petits doigts

Et entendre ton rire s’envoler aussi haut
Que s’envolent les cris des oiseaux
Te raconter enfin qu’il faut aimer la vie
Et l’aimer même si
Le temps est assassin

En entendant ce que raconte le chanteur, je vois et revois tous ces petits moments que l’on peut apprécier avec son gamin. Oui, avec son bébé, on peut même apprécier un levé de soleil à 4h du matin après une nuit de merde…

Wonderful (Everclear)

Celle-là, elle a une signification totalement différence depuis ma séparation. Le chanteur de Everclear raconte ses angoisses et ses peurs d’enfants lorsqu’il entendait constamment ses parents se crier par la tête.

Une chanson qui fait réfléchir aux mots et aux paroles que l’on dit à un enfant. Mais les paroles vides qui ne servent qu’à rassurer. Mais qui ne veulent rien dire en réalité. Je pense entre autres à ce fameux « tout ira bien ».

Close my eyes when I go to bed
And I dream of angels who make me smile
I feel better when I hear them say
Everything will be wonderful someday

Promises mean everything when you’re little
And the world’s so big
I just don’t understand how
You can smile with all those tears in your eyes
Tell me everything is wonderful now

C’est exactement le genre de chanson qui me met face à moi-même et qui m’oblige à faire face à mes échecs. Plus heureux ou non après une séparation, quand on a des enfants et qu’on écoute Wonderful, on ne peut faire autrement que d’avoir envie de pleurer.

En même temps ça me met face à l’évidence que parfois une séparation est salutaire pour tout le monde. Et lorsque je viens pour faire une promesse à mon plus grand, je me rappelle ces paroles avant de promettre :

Promises mean everything when you’re little
And the world’s so big
I just don’t understand how
You can smile with all those tears in your eyes
Tell me everything is wonderful now

Please don’t tell me everything is wonderful now

Non, il ne faut jamais oublier que pour ton enfant, ce que tu dis comme parent vaut de l’or à ses yeux.

Mockingbird (Eminem)

Vous connaissez Eminem pour ses chansons où il bitch ou se moque, mais connaissez-vous le père anxieux? Cette pièce me fait constamment réfléchir. Je me demande toujours comment se sentent mes petits garçons dans tout ça. Surtout mon plus vieux.

I know sometimes things may not always make sense to you right now
But hey, what daddy always tell you?

I know you miss your mom
And I know you miss your dad when I’m gone

We did not plan it to be this way
Your mother and me
But things have got so bad between us
I don’t see us ever being together ever again

Je sais bien que mon plus vieux se questionne. Mais je ne sais jamais vraiment quoi lui répondre… C’est ce que Mockingbird me met sous le nez.

When I’m gone (Eminem)

Une magnifique pièce sur la peur de perdre son enfant, sur l’éloignement… Eminem exprime aussi très bien à quel point on peut aimer ces petites choses qui font partie de notre vie.

We did not plan it to be this way
Your mother and me
But things have got so bad between us
I don’t see us ever being together ever again

Cet amour est dur à expliquer.

***

Je sais, je peux avoir l’air triste et déprimé. Mais j’ai eu la chance de rencontrer quelqu’un d’extraordinaire. Contrairement à d’autres, je n’ai pas à me plaindre. Évidemment, ce n’est certainement pas toujours évident de s’intégrer dans le rythme d’un papa et de ses deux petits hommes. Je veux donc prendre une ligne pour simplement lui dire : MERCI!

Facebooktwitterpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *